Les Galeries Web du Transistor en 2015

Inaugurées en 2014, les Galeries Web sont maintenant visibles toute la semaine au Transistor.

Ces après-midi de découverte d’œuvres en ligne, de webdocumentaires et d’autres ressources accessibles en ligne, se déroulent désormais tout au long du mois, les jours d’ouverture du Transistor (hors programmations spécifiques). Chaque mois, une nouvelle thématique est mise en avant.

Janvier : Origines du net art
Une nouvelle année, un nouveau départ. Un nouveau prétexte pour (re)découvrir les artistes et œuvres emblématiques des débuts de l’art Internet et ses différents courants qui ont préfiguré certaines des démarches et esthétiques qui, aujourd’hui encore, sont caractéristiques de ces formes d’art en ligne : Jodi, Alexei Shulgin, Olia Lialina, Heath Bunting, Douglas Davis…

Février : Glitch
Littéralement dysfonctionnement, ou problème technique, le glitch a rapidement été synonyme d’une certaine esthétique visuelle ou sonore de l’erreur, du bug, dont se sont emparés les artistes numériques.

Mars : Lo-fi
De la même manière qu’un courant musicale Lo-fi (en opposition à hi-fi) est apparu dans les années 80 en réaction à une certaine aseptisation de la musique, certains artistes numériques arborent une esthétique dégradée, altérée, à une époque du tout HD, de la course à la plus haute résolution.

Avril : Demoscene
Souvent présentées comme des prouesses techniques par leurs auteurs les “démos” ne sont pas pour autant dénuées d’un aspect esthétique. Présentation de ce courant de sous-culture informatique.

Mai : Art génératif
Œuvres a priori imprévisibles basées sur des algorithmes et donc autogénérées : installations interactives, software art, musique générative, fractales…

Juin : L’art et le réseau
Expérimentations d’artistes autour des questions de réseaux, communications.

Septembre : Art sonore
Cette fois-ci, point d’œuvres visuelles, pas de vidéos ni de gif animés, la galerie web sera uniquement sonore. Compositions aléatoires, micros ouverts à travers le monde, pièces ambient…
La sélection ne se fera (pour une fois) pas sur les écrans mais dans les écouteurs.

Octobre : Parodie, appropriation et remix
Qui dit culture Internet, dit forcément culture de la copie. Ainsi, inévitablement, les artistes se sont, dès les prémices du net art, réappropriés les sites incontournables (Google, Amazon, etc.), mais également les œuvres, physiques ou en ligne, d’autres artistes, dans un jeu perpétuel de détournement.

Novembre : Machines
Tout au long du mois, cette galerie web permettra au public de découvrir des ressources en lien avec la programmation du Made in Friche Machines, pour en savoir plus sur les artistes qui présenteront leurs travaux, et découvrir d’autres aspects de leur œuvre.

Décembre : Jeu vidéo
Le jeu vidéo est-il une forme d’art ? Si la question semble encore faire débat, ce qui est sûr c’est que bon nombre d’artistes n’ont pas attendu qu’on y réponde pour s’emparer de ce média, le détourner ou mettre en avant certaines de ses spécificités esthétiques.