5 questions à Annliz Bonin et Geneviève Reynouard

ZINC accueille Annliz Bonin et Geneviève Reynouard au Transistor pendant une semaine, dans le cadre d’un workshop nommé Eve(s)

Eves_blog

 

1/ En quelques mots, pouvez-vous nous expliquer votre démarche ? Pourquoi ce choix autour de la femme ?

Annliz : Eve(s) est un projet au long court sur l’image de soi et le ressenti des femmes dans leur corps. Depuis un an et demi, nous rencontrons des femmes de tous âges et de tous milieux, nous recueillons leurs paroles et nous prenons des photos, volontairement peu travaillées,
parfois floues, témoignage d’un instant T et d’une intimité éphémère.

Geva (Geneviève Reynouard) : C’est un travail volontairement subjectif, l’idée de vouloir définir LA femme que ce soit dans les medias, la politique, la religion ou à travers la morale, nous a toujours questionné…

2/ Quels sont vos parcours, vos pratiques, et quelle a été votre rencontre autour de ce projet ?

Annliz : Je suis photographe et plasticienne. Mes deux principaux axes de travail sont le corps et l’expérience de la temporalité.
Je connais Geva depuis… 18 ans je crois : )
Du plus loin que je me souvienne, nous nous sommes toujours dit ; « un jour, il faudrait qu’on fasse un projet ensemble. » À partir du moment où nous avons décidé de prendre du temps pour réfléchir à une création commune, le projet Eve(s) s’est imposé très rapidement.

Geva : Je suis metteur en scène, comédienne et art thérapeute. Mon univers est clairement celui du théâtre et de l’écriture. La relation a soi et à l’autre a une grande place dans mon travail. La question de l’instant , du temps aussi. Eve(s) est un travail qui nous permet de confronter nos visions artistique sur un sujet cher (chair?).

Créer à deux est une expérience formidable et périlleuse à la fois.

3/ Brièvement, comme cette résidence va-t-elle se dérouler ? Quels matériaux utilisez-vous ?

Annliz : Suite à un appel à participation lancé en amont, plusieurs femmes ont accepté de se prêter au jeu de l’interview et de se présenter au Transistor. Nous faisons des entretiens pendant 4 journées. Et nous arrivons également avec la matière sonore et visuelle de deux précédentes résidences.

4/ L’installation visuelle et sonore que vous souhaitez réaliser, a-t-elle déjà vu le jour sous cette forme ailleurs, ou bien s’agit-il d’une première ?

Annliz : Non, c’est une première. Et c’est très enthousiasmant de tenter une première proposition scénographique au Transistor. La semaine va surement passer très vite.

Geva : Nous allons utiliser le lieu du transistor tel qu’il est , et proposer plusieurs « pôles » visuels et/ou sonores. Eve(s), sous cette forme, n’existera que samedi de 14h a 18H !

5/ Et pourquoi pas Venus ?

Annliz : Venus, la déesse immortelle et parfaite ? Tout le contraire de ce dont nous voulons parler : )

Geva : Venus s’est corrompue en vendant des rasoirs… Je ne lui parle plus…

 

Restitution du worshop Samedi 1er mars – De 14H à 18H
Transistor – Friche la Belle de Mai
http://anxiogene.com